Voici un artiste que peu de gens connaissent, et qui pourtant mérite grandement son article, notamment sur ce blog. Adrian Loos est hollandais et son domaine de prédilection pour ses œuvres, contrairement à Mady de la Giraudière, pourrait être qualifié de porno-kitsch. Pour vous mettre dans le bain direct, je vous laisse contempler son art :

adrian_loos_cigare


adrian_loos_fraises


Alors quelle démarche artistique y a t-il derrière ces toiles? Difficile à dire surtout quand on voit le peu d’informations qui circulent (ou pas) sur lui sur internet, tapez son nom dans google vous verrez par vous-même.

Dans un style proche de l’hyperréalisme pour ce qui est de la technique, Adrian Loos transporte le spectateur vers un monde où nourriture, vulve et pénis se confondent, afin de créer des sortes d’hybrides pouvant déranger. En effet vous ne mangerez plus votre hamburger ou votre plat de spaghettis comme avant après avoir vu cette peinture (ou inversement par rapport à votre bien aimé…) :


adrian_loos_hamburger


adrian_loos_spaghetti


À la fois kitsch, vulgaire et déjanté, je pense que l’art d’Adrian Loos est clairement à prendre au millième degrés, là où d’autres y verront une critique de la société de consommation (un hamburger et un vagin, du Mcdo et du porno quoi !). On regrettera seulement de ne pas pouvoir trouver plus d’informations à son sujet, et de ne pas non plus pouvoir contempler plus d’œuvres de cet artiste, celles présentes dans cet article étant les seules que j’ai pu trouver sur le net. On peut toutefois se procurer son livre Graficus pour en apprendre d’avantage, qui est à ma connaissance le seul document existant sur son art.

Pour finir en beauté, petite mention spéciale à ce tableau (quel gros nœud) :


adrian_loos_noeud